Zone Artisanale Vallon,

12330 SAINT CHRISTOPHE VALLON

-

Tél. : 09 70 35 61 93

Conditions essentielles d'élagage

L’élagage : Qu’est-ce que c’est ?

Sensibles au respect des arbres, nos méthodes d’accès ne nécessitent pas l’emploi de griffes qui blessent les arbres, ni de nacelles qui nous limitent dans nos déplacements.

Un arbre situé dans un milieu qui lui convient et auquel il s’est peu à peu adapté, ne subissant pas de contrainte particulière dans son expansion aérienne ou souterraine, et ne présentant pas de signe de dépérissement ou d’attaque parasitaire, n’a pas besoin d’être taillé en dehors de quelques opérations d’entretien courant.

L'entretien courant consiste à pratiquer différents types d'interventions dans le houppier (partie feuillue) de l'arbre. Il se décline en plusieurs modes de taille : taille de formation pour les jeunes arbres, taille d'entretien en port libre, taille d'entretien en port architecturé, taille d'éclaircissage, taille de réduction.

En ville plus particulièrement, ces opérations consistent à faire cohabiter l'arbre avec les contraintes urbaines. Plus la taille est pratiquée sur des faibles diamètres de branches et moins elle est traumatisante pour l'arbre.

La sauvegarde du patrimoine arboricole des grands parcs et d’espaces publics nous amène à réfléchir à la préservation des essences présentes, à leur restauration et éventuellement à leur remplacement, sans omettre leur gestion dans le très long terme, un siècle et plus.

Un arbre n’a pas besoin d’être taillé.

Il faut pour ceci :

  • Choisir une implantation judicieuse en fonction des contraintes, des espaces et des besoins sociaux exprimés.
  • Sélectionner les essences selon leurs âges, formes et dimensions à l’âge adulte, caractères du feuillage.
  • Planter dans les meilleures conditions (volume des fosses, qualité du sol rapportée...).
  • Soigner la formation du sujet en pépinière, puis durant les premières années de sa mise en place.
 

Respecter ces quelques règles favorise l’adaptation de l’arbre à son environnement, son développement et sa vigueur.

Si malgré tout il est nécessaire de le contenir…

Le choix des tailles doit s’orienter plutôt sur des opérations légères et fréquentes que sur des coupes importantes :

  • Les tailles radicales doivent être bannies de l’usage courant
  • Les tailles importantes doivent rester exceptionnelles
  • La taille doit être réalisée selon des principes précis conformes à la biologie de l’arbre
  • On n’opérera enfin qu’avec des outils affûtés, désinfectés et en bon état

Idée reçue : « Elaguer un arbre lui fait du bien ».

FAUX

Le postulat trop souvent avancé qui justifie la taille, comme une “cure de rajeunissement nécessaire pour l’arbre” doit être combattu. Si le sujet prend en effet des allures de jeune premier, quelques temps après la coupe, par des repousses parfois vigoureuses, ces opérations trop souvent mal exécutées et radicales l’épuisent, en diminuant la quantité des réserves en sucre indispensable à sa vie, et lui confèrent une sensibilité accrue aux maladies et aux agressions diverses. Ces tailles drastiques réduisent en fait considérablement son espérance de vie, en développant de graves pourritures mettant en péril sa solidité.

Nos différents types de taille :

Taille de formation :

La taille de formation consiste à définir la silhouette de l’arbre à l’âge adulte : hauteur des premières branches, forme du houppier. Le rehaussement de la couronne consiste à supprimer les branches les plus basses (passage de véhicules). Dans l’idéal, les soins sont apportés durant les quinze premières années, afin d’éviter l’apparition de défauts mécaniques (blessures irréversibles).

Taille d’entretien :

La taille d’entretien consiste à supprimer le bois mort, les branches malades, les chicots, les gourmands ainsi que l’élimination des branches mal disposées. Elle permet de garantir des conditions de sécurité maximales et d’améliorer l’esthétique de l’arbre.

Taille d’éclaircie :

La taille d’éclaircie a plusieurs intérêts : allègement de la charpentière, diminution de la prise au vent et amélioration de l’ensoleillement.

Taille de réduction de la couronne.

La taille de réduction réduit la forme de l’arbre pour l’adapter à son environnement (maison, ligne électrique etc.). Souvent utilisée en milieu urbain, elle rééquilibre la couronne de l'arbre en respectant son port. Elle empêche les plus vigoureux de trop s’étaler. La taille de réduction peut servir à faciliter le passage de véhicules ou à diminuer la hauteur d’un arbre.

Taille architecturée :

La taille architecturée est un moyen de gestion des arbres en milieu urbain. Elle adapte le volume des arbres à l’espace disponible ou permet d’obtenir des jardins réguliers. Il existe plusieurs sortes de tailles architecturées : en rideau, marquise, marotte, tête de chat… le but étant d’offrir une forme géométrique particulière, tout en respectant la biologie de l’arbre.

Tailles diverses :

Taille de végétaux sur une façade, taille fruitière.

L'haubanage :

L’haubanage est utilisé pour consolider des arbres à fort intérêt patrimonial (vieux sujets, arbres remarquables) mais présentant des défauts mécaniques. Il consiste à renforcer la stabilité en  transférant le poids d’une partie instable de la couronne vers une partie sûre.

Non agressif pour l’arbre (sans perçage), le matériel est composé de sangles et de cordes creuses spécifiques, d’une résistance de 3 à 8 tonnes. Ce type d’haubanage est assez discret dans les arbres.

 

Dans la majorité des cas, les haubans posés ne sont pas tendus. C’est un système dynamique qui laisse un mouvement d’amplitude aux branches raccordées entre elles, de manière à ce que l’arbre puisse renforcer lui-même ses fragilités, par la fabrication d’un bois de réaction.

Cependant, devant certains défauts (écorce incluse ouverte…), des haubans statiques peuvent être utilisés.

Des questions ?

Rappel Gratuit

Besoin d'un devis ?

Demandez un Devis